Nouvelles
< Retour à la recherche Comprendre le développement du cerveau d'un enfant, c'est comprendre pourquoi il est essentiel de parler, jouer dehors et lire à son bébé.

Les premiers mois et premières années d'un bébé sont déterminants pour savoir quel individu il deviendra plus tard. Bien que le cerveau se développe et se modifie tout au long de la vie, c'est pendant les deux premières années que se forment le plus de connexions entre les neurones. Après deux ans, le cerveau continue de se modifier, mais son infrastructure de base demeurera le même.  Les parents ont un rôle principal dans le développement du cerveau de leur bébé et ça se passe dès sa naissance  et même avant.

Plus développé qu'Internet

Dans les premières années, le cerveau d'un enfant établira entre 700 et 1000 connexions entre ces neurones chaque seconde. À titre d'exemple, un enfant de cinq ans possédera 1 million de milliards de connexions entre ses neurones, soit 10 fois plus que toutes les connexions qui existent dans Internet. Ces connexions auront un impact important à long terme sur l'individu.

«Chaque image, chaque interaction, chaque mimique permet de connecter des neurones entre elles», soutient la spécialiste française du développement du cerveau, Céline Alvarez, dans une vidéo qu'elle a publiée sa page internet.

Toutes ces connexions permettent à l'humain de parler, compter, avoir de l'empathie ou se faire des amis. 

Or, d'un individu à l'autre, ces connexions ne sont pas identiques. C'est là que le rôle des parents devient essentiel. Plusieurs études, de l'Université Harvard notamment, ont démontré que les enfants qui ont été stimulés par des parents qui interagissaient beaucoup avec eux par des mimiques, de la lecture ou simplement en jouant à l'extérieur avaient des connexions dans le cerveau plus développées, mais aussi plus solides que les autres enfants.¸

Il faut savoir qu'après avoir développé des milliards de connexions, le cerveau fera un tri entre celles-ci et en abandonnera les deux tiers entre l'âge de cinq ans et l'âge adulte.

«Les connexions les plus souvent utilisées vont se renforcer. À l'inverse, les connexions les moins utilisées vont progressivement s'affaiblir et être éliminées. Le cerveau ne conserve pas les connexions des meilleures expériences. Il conserve les connexions les plus souvent utilisées», affirme Mme Alvarez.

C'est donc dire que la répétition des bonnes pratiques qui renforcent les connexions qui seront utiles dans la vie scolaire et la vie adulte doivent être priorisées. On peut penser à la lecture, mais également compter, manipuler des objets ou exprimer ses émotions. 

Pour en savoir plus.

https://www.youtube.com/watch?v=ams43i_m0rg&feature=youtu.be


Nouvelles


Date
   au   

MRC
MRC d'Abitibi
MRC d'Abitibi-Ouest
MRC Rouyn-Noranda
MRC Témiscamingue
MRC de la Vallée-de-l'Or

Clientèles
Étudiant
Famille
Milieu scolaire
Employeur

Classer par


 
Facebook Youtube