Nouvelles
< Retour à la recherche Des enfants qui courent partout et qui se chamaillent, des parents qui tentent de faire du télétravail ou d’autres qui subissent une importante perte de revenus. La crise de la covid-19 amène un stress important dans plusieurs familles. Et pourtant, il n’en tient qu’à nous de faire des prochaines semaines nos plus beaux souvenirs familiaux.

En deux semaines, la vie des familles a été complètement chamboulée comme jamais auparavant. Plus de services de garde, plus d’école, plus d’activités sportives ou culturelles pour les enfants. Et la situation n’est pas prête de revenir à la normale. Alors, restons zen et profitons de ce temps de qualité avec les enfants.

 

Enfants vulnérables

Les parents se retrouvent avec leurs enfants 24h/24, avec moins de revenus, mais avec autant de factures à payer. Une situation qui inquiète grandement la directrice de l’Observatoire des tout-petits, Fanny Dagenais.

 

« Pour faire en sorte que ce ne soit pas le parfait cocktail qui mène vers la maltraitance envers les enfants, il faut agir sur les quatre facteurs de risque à la fois », a-t-elle dit.

Ces facteurs de risque qui mènent à la maltraitance sont :

Les quatre facteurs de risque sont exacerbés par les mesures nécessaires imposées par le gouvernement afin de combattre la covid-19. « Toutes les conditions sont réunies pour mettre plus de pression sur les familles. Donc, oui c’est inquiétant », soutient Mme Dagenais.

L’Observatoire des tout-petits n’est pas seul à appréhender les prochaines semaines. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse appelle chaque Québécois à devenir un protecteur d’enfants. « Plusieurs parents ont perdu ou pourraient perdre leur emploi et se retrouver dans une situation précaire. La tension pourrait augmenter dans certains foyers. L’isolement et le fait pour certaines familles de vivre dans un petit espace 24 heures sur 24 peuvent aussi faire grossir les risques d’escalade » a fait valoir Philippe-André Tessier, président de la Commission.

 

Ça va bien aller

Or, chaque crise amène une opportunité. Partout dans les fenêtres, nous voyons émerger des arcs-en-ciel avec le slogan Ça va bien aller. Oui, cette période d’isolation peut devenir un moment extrêmement positif pour les parents et les enfants.

Pourquoi ne profiterions-nous pas de la nouvelle situation familiale pour passer du temps de qualité avec les enfants? Faisons en sorte que ce moment historique que nous vivons soit un beau moment pour eux. Nos tracas de la vie quotidienne reviendront bien assez vite.

Pour y arriver, il existe de multiples outils pour aider les parents à occuper leurs temps libres avec leurs enfants. En voici quelques-uns.

 

Pour les enfants surexités :

71 idées qui font bouger en famille à l’intérieur et à l’extérieur.

6 mouvements pour un entraînements parents-enfants à la maison.

Pour les intellos :

Allo prof offre des ressources pour chacun des niveaux, du primaire au secondaire 5

Le CLEF, pour compter, lire et écrire en famille.

Pour les anxieux :

Tom le chat apprend aux enfants de 3 à 8 ans à relaxer.

Le défi 12 jours de méditation en famille.

 

Si vous êtes un parent et que vous sentez que vous êtes en train de perdre le contrôle ou qu’un de vos proches est en détresse, voici des ressources très utiles.

Trousse d’aide pour la covid-19 de l’Ordre des psychologues du Québec.

De l’aide téléphonique avant que le presto ne saute.

La ligne parents, si vous avez besoin de parler.



Nouvelles


Date
   au   

MRC
MRC d'Abitibi
MRC d'Abitibi-Ouest
MRC Rouyn-Noranda
MRC Témiscamingue
MRC de la Vallée-de-l'Or

Clientèles
Étudiant
Famille
Milieu scolaire
Employeur

Classer par


 
Facebook Youtube