Nouvelles
< Retour à la recherche ROUYN-NORANDA Un service de garde en milieu familial de l’Abitibi-Témiscamingue est très particulier, car les enfants passent l’essentiel de leur journée en plein air dans la forêt.

Pour voir la vidéo, c'est ici : https://www.youtube.com/watch?v=HWcrzyzLqtM

 

Depuis janvier, l’éducatrice spécialisée Sophie Bélanger-Arseneault, accueille six enfants de 3 à 5 ans du lundi au jeudi sur son vaste terrain boisé dans le quartier Lac-Dufault de Rouyn-Noranda.

Ici, pas de télévision, de tablettes ou autres écrans. Que de la randonnée en sentier, des jeux en forêt ou des gâteaux à la boue. Sans oublier la maison en bois construite par le père de Mme Bélanger-Arseneault où les enfants passent plusieurs heures à s’inventer des jeux. « Mon constat de maman et mon envie que mon enfant ne soit pas toujours devant l’écran (l’ont incitée à lancer son club d’exploration en forêt). Ici, j’adopte une approche où il n’y a pas d’écran parce qu’on a plein d’autres choses à faire », a dit Mme Bélanger-Arseneault en entrevue.

Les parents aiment que leur enfant passe toute sa journée à l’extérieur, sauf s’il y a une pluie diluvienne ou qu’il fait vraiment trop froid en hiver. En trois mois, il est arrivé seulement à deux reprises que les enfants doivent manger à l’intérieur en raison de la température.

« Nous avons un petit gars avec beaucoup d’énergie. Donc, ça l’aide d’être dehors. (…) On dirait qu’il est plus prêt à se coucher. Il a respiré, il est allé dehors. J’ai vraiment l’impression que ça fait une différence », a indiqué Joanie Beauregard-Veillette, dont le fils Lucas, presque trois ans, fréquente le Club d’exploration en forêt depuis quelques mois.

Le petit Abel Chavigny-Lafontaine, 3 ans et demi, ne s’est pas fait prier pour lancer : « Ce que j’aime le plus, c’est jouer dehors», lors du passage de Action Réussite au service de garde.

Bienfaits

Ce constat de maman est appuyé par de nombreuses études qui démontrent que le développement cognitif et physique des enfants est favorisé par le jeu libre à l’extérieur. Selon Naître et grandir, les jeux extérieurs stimulent l’appétit des enfants, améliorent leur sommeil et leur concentration et accentuent leur capacité d’apprentissage.

« C’est comme nous quand on passe une journée en plein air. Comment on se sent à la fin de la journée? On se sent plus zen, on a faim. Quand on dort, on dort bien. Et si on a à faire quelque chose qui est peut-être plus mental par la suite, on va avoir plus de concentration. On retrouve les mêmes bienfaits chez les enfants». –Sophie Bélanger-Arseneault, éducatrice.

Au Québec, 23% des enfants de 4 ans regardent un écran plus de 2 heures par jour. Or, la Société canadienne de pédiatrie recommande moins d’une heure par jour. Trop d’écran nuit au développement socio-affectif, augmente le risque de surpoids et nuit aux apprentissages.

Selon Isabelle L’Heureux, dont le fils Kristof Marcoux fréquente le service de garde à temps partiel depuis quelques semaines, les bienfaits sont nombreux. « Il y a plein de qualité à aller en CPE. Mais c’est sûr qu’ici, le côté autonomie, gestion du risque, prise de décision. Ils sont dans la nature, le cadre est un peu moins serré. Il y a des branches par terre, il y a des petits rochers, il y a des petits fruits qu’ils peuvent manger ou ne pas manger. Il y a quelque chose (de plus) par rapport à la prise de décision et la confiance en soi que je vois à la maison».

D’ailleurs, les compétences physiques et les saines habitudes de vie que les enfants apprennent lorsqu’ils jouent à l’extérieur font partie des facteurs de protection de la petite enfance. Ces facteurs favorisent la réussite éducative.


Nouvelles


Date
   au   

MRC
MRC d'Abitibi
MRC d'Abitibi-Ouest
MRC Rouyn-Noranda
MRC Témiscamingue
MRC de la Vallée-de-l'Or

Clientèles
Étudiant
Famille
Milieu scolaire
Employeur

Classer par


 
Facebook Youtube